1. Accueil
  2. Actualités
  3. Air France : 42 heures d’attente sur un vol vers Paris
Actualités

Air France : 42 heures d’attente sur un vol vers Paris

Les retards sont monnaie courante dans le secteur de l’aérien. Cependant, il arrive que des compagnies dépassent parfois les bornes.

Air France : 42 heures d’attente sur un vol vers Paris
Un avion Air France en plein vol.

Les passagers d’un vol Air France ont vécu un véritable cauchemar ce week-end. Ces derniers ont dû attendre des heures interminables avant d’embarquer.

Outre ce retard, la compagnie française, par sa communication bancale, n’a pas manqué de semer la confusion au sein des voyageurs qui ne savaient plus à quel saint se vouer. À l’origine de tout ce calvaire : “le système informatique de l’avion qui ne répondait pas”.

Le Caire – Paris : un vol chaotique

Il s’agit du vol du 27 août reliant le Caire à Paris, indique Mohamed Cherif Ferjani, universitaire émérite franco-tunisien, dans un témoignage rapporté par le site tunisien Kapitalis. Le voyageur, qui faisait partie de la liste d’embarquement, raconte que les déboires ont commencé quand le vol a été annoncé avec deux heures de retard à l’aéroport de la capitale égyptienne. Ce n’était que le début des problèmes, vu que les passagers ont dû faire face à “une succession d’annonces d’embarquement imminent durant plus de quatre heures”, témoigne l’universitaire, avant l’annulation pure et simple du vol.

Pour toutes explications, les passagers ont été informés que la cause de cette annulation était le système électronique de l’avion. “C’est le système électronique de l’avion qui ne répond pas”, a avoué le pilote de l’avion, selon le témoignage de l’universitaire.

Une attente improbable de 42 heures

Suite à l’annonce d’annulation, les passagers nagent dans une confusion totale. Alors que les pilotes sont repartis à Paris pour chercher un autre appareil, les voyageurs ont été placés dans un hôtel au Caire “après une nuit d’attente dans la salle d’embarquement”.

Ils attendaient désespérément, dans leur chambre d’hôtel, une communication de la part d’Air France, qui n’a fixé ni délai d’attente et n’a pas daigné laisser un numéro de téléphone pour donner des renseignements à ses passagers.

Après 7 heures d’attente, la compagnie française contacte enfin ses passagers. Elle leur indique, dans un message auquel ils ne peuvent répondre (« no reply »), que le nouveau départ est prévu à 6 heures. Toutefois, 3 heures plus tard, un autre message de la compagnie indique que l’avion décollera finalement à 19 heures. Aucune explication n’a été fournie.

L’attente des voyageurs aurait duré en tout 42 heures avant d’embarquer sur un nouveau vol avec une heure de retard, précise l’universitaire : “le premier avion était toujours cloué au sol, son système électronique refusant toujours de répondre aux tentatives des techniciens dépassés par une technologie dont ils devenus eux-mêmes, et nous avec eux, les esclaves”, pour reprendre les mots de son témoignage.

Arrivée à Paris : les déboires continuent

Dès leur arrivée à l’aéroport Paris Charles De Gaulle, à 1h du matin, les passagers n’ont pas manqué de se diriger directement au bureau de la compagnie Air France pour se plaindre de leur mésaventure.

Mohamed Cherif Ferjani rencontre un problème particulier auquel la compagnie n’a pas trouvé de solution, encore à cause du système. Il indique qu’il doit se rendre à Lyon par TGV alors qu’Air France “ne prend en charge que les personnes dont le billet de train a été pris via ses services”. Pour les autres ? “Ce n’est pas prévu” déplore le voyageur qui ajoute que “c’est encore la faute du système”.

L’universitaire indique avoir été contraint de passer la nuit dans la salle d’attente de l’aéroport parisien avant de prendre le train six heures plus tard. Il affirme qu’il va ne pas en rester là, et être prêt à aller jusqu’au bout malgré “la dictature de la communication à sens unique du système “no reply”.

You cannot copy content of this page