1. Accueil
  2. Actualités
  3. Compagnies aériennes : vers une guerre des prix
Actualités

Compagnies aériennes : vers une guerre des prix

Alors que la reprise des vols est attendue pour 2021, grâce à l’arrivée annoncée de vaccins, tout le monde s’interroge sur la stratégie qu’adopteraient les compagnies aériennes en matière de prix.

Compagnies aériennes : vers une guerre des prix

On le sait : la pandémie de coronavirus Covid-19 a d’ores et déjà eu un impact majeur sur les compagnies aériennes à travers le monde. Les pertes sont colossales : 118 milliards en 2020, selon les dernières estimations de l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Alors que la reprise des vols est attendue pour 2021, grâce à l’arrivée annoncée de vaccins, tout le monde s’interroge sur la stratégie qu’adopteraient les compagnies aériennes. Vont-elles augmenter leurs prix pour compenser les pertes et les coûts liés à la sécurité sanitaire ? Ou vont-elles, au contraire, les baisser pour attirer plus de voyageurs ?

Ce jeudi, le site spécialisé Simple Flying s’intéresse aux effets qui persisteront sur les prix des billets d’avion au-delà de la pandémie, lorsque le vaccin se sera généralisé et que les mesures de restrictions sur les vols internationaux auront été levées.

Une guerre des prix

Simple Flying prévoit ainsi une guerre des prix entre les compagnies aériennes, en particulier les compagnies low-cost. « Pour rester compétitifs face à la demande, les transporteurs prévoient de baisser rapidement leurs prix pour attirer les passagers », explique le site spécialisé.

Des signes annonciateurs d’une guerre des prix ont déjà montré le bout de leur nez, ajoute la même chose. Le PDG de Ryanair Michael O’Leary ayant en effet déclaré que sa compagnie allait baisser drastiquement ses prix pour stimuler la demande, une volonté partagée par d’autres compagnies aériennes. La guerre des prix pourrait cependant être encore plus intense dans un marché post-Covid, avec toutes les compagnies se retrouvant en concurrence pour attirer les passagers.

| LIRE AUSSI : Quand Ryanair se moque du fils de Donald Trump

Alors qu’une guerre des prix serait bénéfique pour les passagers, les incitant à commencer à prendre l’avion sans délai et stimulant l’économie touristique en difficulté, cette situation ne devrait durer que tant que la demande restera au-dessous des niveaux pré-Covid. « Ce qui pourrait ne pas être trop long pour des compagnies comme Ryanair », anticipe Simple Flying.

Des prix plus bas pour la Première classe

La situation pourrait par ailleurs être inversée pour les liaisons où la concurrence est moindre, qui risquent probablement de voir les prix augmenter avec la demande, car les compagnies aériennes pourront à nouveau prendre leurs marges.

Un autre effet du coronavirus pourrait se situer dans le fait que les voyages d’affaires puissent prendre plus de temps à se ressaisir. Sans cette manne financière générée par les voyages d’affaires réservant en classe premium, les compagnies aériennes pourraient dans ce cadre être amenées à baisser les prix des classes supérieures. L’on verrait alors des prix plus bas pour la classe Affaires et la Première classe.

Pour encourager les voyageurs ordinaires vers la classe affaires, les compagnies aériennes ont d’ores et déjà commencé à proposer des billets « dégroupés », qui n’offrent pas tous les avantages habituels des classes supérieures. Qatar Airways est notamment devenue l’une des premières grandes compagnies (avec Emirates et Lufthansa sur certaines liaisons) à mettre en œuvre cette idée.

« Il ne serait pas surprenant de voir d’autres compagnies aériennes suivre l’exemple du Qatar et proposer des tarifs moins chers », anticipe Simple Flying, soulignant que même si les prix pourraient baisser, il ne faudrait pas s’attendre à trouver des billets en classe Affaires à des prix cassés.