close

Relance du tourisme à Marrakech : une stratégie se met en place

Une vague d’enthousiasme s’est déclenchée à Marrakech depuis l’arrivée samedi dernier d’un premier groupe de touristes français. Les médias marocains spéculent sur une reprise du tourisme dans la ville ocre, mais qu’en est-il vraiment ?

Selon ABTA magazine, la convention sur les voyages aurait dû avoir lieu à Marrakech cette année, mais à cause de la pandémie, elle a été reportée pour octobre 2021.

Cela n’empêche pas le gouvernement et les opérateurs touristiques de communiquer sur la reprise du tourisme dans la ville de Marrakech. Malgré la fermeture des frontières, des mesures ont été prises pour accueillir les touristes étrangers.

Les tour-opérateurs veulent des tests à l’arrivée

L’obligation du test sérologique a été abandonnée, et le test PCR requis est passé à une période de validité de 72 heures. Mais le syndicat français des Tour-opérateurs (SETO) veut plus de souplesse de la part de la compagnie aérienne Royal Air Maroc.

Marrakech est-elle prête à accueillir les touristes étrangers ?

Samedi 10 octobre, 160 touristes français sont arrivés à Marrakech où ils ont été accueillis au Club Med Palmeraie. « D’un point de vue économique, cette opération a un impact limité puisqu’elle ne concerne que le Club Med Palmeraie », explique au média L’Opinion un opérateur touristique de la ville.

Il ajoute : « Du point de vue marketing et effet psychologique, elle revêt une importance capitale du moment qu’elle démontre les capacités du Maroc à accueillir des touristes en période de Covid ».

Et ce raisonnement tient la route, puisqu’après cette annonce, plusieurs autres ont suivi indiquant l’ouverture d’autres hôtels restés fermés pendant la saison estivale.

Le tourisme en hibernation

Selon le média L’Opinion, la plupart des lieux de divertissement, comme les monuments, les boites de nuit et les attractions touristiques sont encore fermés. Les restaurants ferment plus tôt que d’habitude, et certains établissements qui accueillaient des touristes ont fermé à cause de la crise.

« Rien n’est dit par rapport à la liberté de circuler à l’intérieur et en dehors de la ville », confie un hôtelier, qui raconte que ses clients européens se sont fait refouler à Essaouira, car ils n’avaient pas d’autorisation de circuler.

Si les grands hôtels arrivent à attirer le peu de touristes qui arrivent de l’étranger, les petits établissements peinent à tenir debout. Leur chiffre d’affaires est en baisse, et certains ne croient pas à l’impact marketing de cette relance.

L’assouplissement des conditions d’entrée, et le contrôle de l’épidémie au Maroc pourraient tout de même permettre un retour des touristes dans la ville ocre.

Derniers Articles

© Copyright 2020 - Destinations Med.