1. Accueil
  2. Actualités
  3. Tourisme en Algérie : « On n’est pas perçu comme un dollar ambulant »
Actualités

Tourisme en Algérie : « On n’est pas perçu comme un dollar ambulant »

Que ça soit à Alger la blanche, à Oran la radieuse, à Djanet l’enchanteresse, ou bien à Timimoun la ville rouge, les touristes étrangers gardent toujours un souvenir marquant de leur séjour en Algérie.

Tourisme en Algérie : « On n’est pas perçu comme un dollar ambulant »
La capitale algérienne, Alger / Par Leonid Andronov / AdobeStock

Que ça soit à Alger la blanche, à Oran la radieuse, à Djanet l’enchanteresse, ou bien à Timimoun la ville rouge, les touristes étrangers gardent toujours un souvenir marquant de leur séjour en Algérie.

Ce n’est surement pas le journaliste de la RTBF, la télévision belge, qui va démentir ce constat. François Mazure, le présentateur vedette de l’émission « Un monde à part », a livré un témoignage pertinent suite à son séjour en Algérie.

Un Belge raconte son séjour en Algérie : « Un tourisme authentique »

« J’ai découvert l’Algérie, c’est un pays continent », lance admiratif le journaliste dans une vidéo publiée sur la page Facebook consacrée à son émission. Le touriste, et outre Alger où il a dégusté une loubia, a également visité Ghardaïa et Timimoun, deux autres villes algériennes plus au sud.

« Ce qui est fantastique…. C’est qu’on n’est pas perçu comme un dollar ambulant », explique le touriste qui raconte qu’au marché de Ghardaïa, il pouvait circuler à l’aise, « sans jamais se faire alpaguer par les marchands ».

« Ce qui m’a le plus marqué… c’est qu’on est vraiment et sincèrement accueillis partout en Algérie comme si on était un membre de la famille », confie le touriste. Non seulement on lui a offert un déjeuner chez le Roi de la loubia, mais on l’a aussi invité à assister à un anniversaire dans une « boutique touristique », où on lui a offert « des magnets pour son frigo ».

Mais au-delà de l’hospitalité des Algériens, l’Algérie a également permis à ce touriste belge de réaliser son « rêve d’enfant », celui de visiter le désert où il avait été séduit par les foggaras, un système d’irrigation ingénieux à Timimoun. Il a aussi été très marqué par l’architecture de la ville de Ghardaïa et de son marché. À Alger, il a pu arpenter la casbah et découvrir les vieux quartiers européens.

| Lire aussi : Voyage Algérie : une touriste belge recommande 5 choses à Alger

Voyager en Algérie :  « Ce n’est pas du tourisme de masse »

Le fait que l’Algérie soit un pays où le tourisme reste « assez discret » rend le voyage « d’autant plus authentique », explique ce touriste belge. Selon lui, « On n’aura jamais un tourisme de masse en Algérie », comme c’est le cas en Tunisie, en Égypte ou bien au Maroc. Il précise toutefois que bien que l’Algérie soulève des craintes, elle suscite aussi « des fantasmes qui sont justifiés ».

Il y a cependant « une réelle volonté » de relancer « un tourisme authentique » en Algérie, assure le journaliste belge. Selon lui, « on est vraiment dans le désir de développer un tourisme authentique, un tourisme pour des personnes initiés », ajoutant que cela va avec « le manque d’infrastructures », mais joint également une volonté de préserver les sites historiques qu’abrite le pays.

Voyager en Algérie, « ce n’est pas faire du tourisme de masse, vous n’aurez pas des grands cars touristiques qui vont vous amener dans des endroits particuliers. Il faut connaître et aimer le voyage, et si c’est le cas, vous allez vraiment passer un séjour extraordinaire », conclut le journaliste.