1. Accueil
  2. Actualités
  3. Une instagrameuse partage son retour en Algérie
Actualités

Une instagrameuse partage son retour en Algérie

Une jeune algérienne est de retour au bled au bout de 10 ans d’absence, elle livre un témoignage émouvant sur les réseaux sociaux.

Une instagrameuse partage son retour en Algérie
Voyage en Algérie - Météo : quel temps fera-t-il en août ? Par : CHAO | Adobe stock

Sous le pseudo Instagram @ellemagace, la jeune Maroua, algérienne établie en France, est de retour dans son pays natal après 10 ans d’absence. Maroua va faire la surprise à sa grand-mère qui n’est pas au courant de sa venue à Oran.

Dans une série de vidéos postées sur les réseaux sociaux tout au long du mois d’août, elle partage ses visites, ses découvertes mais surtout sa déclaration d’amour à l’Algérie. Maroua est partie sur un coup de tête : elle achète son billet à la dernière minute. À l’aéroport de Toulouse, elle s’offre un livre de l’auteur algérien Yasmina Khadra en attendant d’embarquer dans son avion Air France, direction Wahran… « Nuit blanche mais excitation… Hâte de revoir mon pays », commente la jeune femme, très émue.

Maroua filme son atterrissage à Oran, sur une musique de la chanteuse algérienne Zaho qui scande « je t’aime à l’algérienne ». Et dans la séquence suivante, elle nous rend témoins de la surprise de son arrivée chez sa grand-mère.

« Je tremble, mon cœur bat à mille à l’heure. C’est maintenant Mamie, 10 ans plus tard je vais te revoir ». L’émotion des retrouvailles familiales est palpable.

Un voyage en Algérie sous le signe de la nostalgie

Mostaganem, Oran puis Alger la Blanche. Maroua marche sur les traces de sa famille, son périple est rythmé par ses souvenirs d’enfance et de ses années d’étudiante. Le temps de son voyage, l’Algérie lui raconte son histoire, celle de ses parents et de ses grands parents.

Maroua visite la grandiose mosquée d’Oran, le cœur chargé de nostalgie : « Chaque personne avec qui je discute, je pleure de rire, de tristesse et d’espoir ». Puis elle se balade dans les rues de Mostaganem, se remémorant la fillette qu’elle était quand elle allait à l’école de musique : « Mostaganem je t’aime. Je t’aime car la nostalgie court dans tes rues … j’erre dans tes rues complètement captivée par ce que tu me racontes ».

Un témoignage poignant qui résonnera dans le cœur des milliers d’Algériens expatriés, qui résident loin de leur cher pays.