1. Accueil
  2. Actualités
  3. Voyage Algérie : voici les véhicules bloqués, selon Samir Chaâbna
Actualités

Voyage Algérie : voici les véhicules bloqués, selon Samir Chaâbna

Plusieurs véhicules utilitaires et touristiques, au départ et à destination des ports algériens, immatriculés en Algérie ou à l’étranger, ont été bloqués par la douane depuis fin janvier

Voyage Algérie : voici les véhicules bloqués, selon Samir Chaâbna
Samir Chaâbna, ex-député des Algériens de France / Capture Youtube

Renter avec son véhicule en Algérie par bateau est devenu un véritable casse-tête depuis les derniers changements dans le dispositif douanier au niveau des ports algériens.

Plusieurs véhicules utilitaires et touristiques, au départ et à destination des ports algériens, immatriculés en Algérie ou à l’étranger, ont été bloqués par la douane depuis fin janvier. La cause ? Un gabarit interdit (fourgons) ou une surcharge de bagages.

Voyage avec véhicule en Algérie : « Les nouvelles conditions », selon Samir Chaâbna

Les blocages ont eu lieu suite à une circulaire du ministère des Transports publiée fin décembre. Cette note n’interdisait toutefois que l’embarquement des véhicules utilitaires immatriculés en Algérie au départ des ports algériens, ce qui a semé l’incompréhension au sein de certains voyageurs qui ne savent plus quels sont les véhicules autorisés et ceux qui risquent d’être bloqués par la douane.

Sur les réseaux sociaux, une question revient dans les discussions : mon véhicule va-t-il passer la douane en Algérie ?

En l’absence de réponse officielle à cette question, c’est l’ex-député de l’émigration, Samir Chaâbna, qui a décidé de voler au secours des voyageurs qui s’interrogent depuis plusieurs jours sur les modalités de ce nouveau dispositif douanier. L’ex-élu de l’émigration algérienne en France a détaillé « les nouvelles conditions » de rentrer avec son véhicule en Algérie.

| Lire aussi : Voyager en Algérie avec son véhicule : ce qu’il faut savoir

Véhicules dans les ports : ce que la douane risque de bloquer

Chaâbna est catégorique. « Les véhicules grand gabarit sont interdits », a-t-il assuré. Dans une photo jointe à sa publication, on voit une illustration montrant un grand fourgon tollé, le genre utilisé habituellement par les trabendistes et les transporteurs de bagages. « Ce type de véhicule est interdit », lit-on également sur la photo.

Outre les grands fourgons, la douane algérienne interdit aussi, toujours selon l’ancien parlementaire, « d’ôter les sièges passagers du véhicule ». En effet, pour contourner la loi, certains transforment leurs véhicules touristiques en véhicules utilitaires en se débarrassant des sièges afin d’y mettre à la place des bagages et des marchandises.

Bagages sur les toits des véhicules : les conditions

Beaucoup de voyageurs se demandent aussi s’il est permis de mettre des affaires sur les toits des véhicules. Selon Samir Chaâbna, « les bagages destinés au commerce sont interdits » tandis que « les bagages des voyageurs » sont permis sur les toits des voitures. L’ancien député ajoute que « les bagages non utilisés par les voyageurs et qui sont destinés à la vente sont aussi interdits ».

Pour finir, l’ancien représentant des Algériens de l’étranger a, lui aussi, assuré que l’ère des transporteurs de bagages avait bel et bien touché à sa fin. « Les spécialistes dans le transport des bagages des immigrés, ou ceux qu’on appelle communément les transporteurs, sont également interdits dans les ports en Algérie », a-t-il indiqué.

You cannot copy content of this page