1. Accueil
  2. Actualités
  3. Vidéo : une hôtesse de l’air algérienne liste les préjugés
Actualités

Vidéo : une hôtesse de l’air algérienne liste les préjugés

Le métier d’hôtesse de l’air n’est pas aussi facile qu’il paraît. Une algérienne témoigne de son quotidien et des idées reçues qu’elle subit.

Vidéo : une hôtesse de l’air algérienne liste les préjugés
Un avion en plein vol.

Le métier d’hôtesse de l’air n’est pas aussi facile qu’il paraît. Une hôtesse de l’air algérienne témoigne de son quotidien et des idées reçues qu’elle subit.

Si le poste d’hôtesse de l’air et de steward est auréolé de prestige, les préjugés accompagnent aussi cette profession.

Les personnes qui embrassent cette carrière sont animées par une réelle vocation : pratiquer plusieurs langues, accueillir la clientèle, représenter l’image d’une compagnie aérienne et voyager aux 4 coins du monde. Pourtant, c’est aussi un travail qui comporte des pénibilités et qui entraîne de vraies responsabilités.

Consciente des idées reçues véhiculées par beaucoup de personnes, une jeune hôtesse de l’air algérienne livre son témoignage dans un entretien sur Facebook, ce 1er octobre. Elle raconte sans tabou la perception qu’ont les gens de son métier.

« Servir du café dans les airs »

Loin du glamour qui entoure cette profession, beaucoup de personnes perçoivent les hôtesses de l’air avec une opinion teintée de mépris.

C’est ce qu’explique la jeune femme, en énumérant les réflexions récurrentes auxquelles elle est confrontée, mélangeant l’arabe et le français : « une hôtesse de l’air sert du café dans les airs, une hôtesse de l’air n’est pas une fille de bonne famille… ça revient tout le temps », confie-t-elle. Ce genre de jugement infondé entache la profession, lui ôtant son caractère méritant et respectable.

Hôtesse de l’air : un métier sous-estimé

Pourtant, la jeune femme témoigne de ce qui constitue son travail au quotidien : « Enormément de patience, c’est pas facile on passe des heures et des heures confinée dans un espace très restreint avec plein de personnes », raconte l’hôtesse algérienne.

En effet, lorsque les compagnies aériennes recrutent leur personnel navigant, elles insistent bien sur le type de profil recherché. La maîtrise de soi, le sang froid, l’endurance et le sens du service arrivent en tête des critères requis.

Les hôtesses de l’air et stewards sont confrontés à des passagers parfois anxieux, ou qui font preuve d’incivilité. Or, ils doivent être les garants de la sécurité de l’ensemble des voyageurs, et maintenir le calme à bord de l’appareil. Ils sont les maillons indispensables d’une chaîne, et leur travail est essentiel.

You cannot copy content of this page