1. Accueil
  2. Actualités
  3. France : sans-papiers, il raconte son incroyable parcours pour obtenir son passeport au Consulat d’Algérie
Actualités

France : sans-papiers, il raconte son incroyable parcours pour obtenir son passeport au Consulat d’Algérie

« J’ai sillonné plusieurs consulats algériens ici en France dans l’espoir d’obtenir mon passeport, en vain », raconte-t-il sur TikTok.

France : sans-papiers, il raconte son incroyable parcours pour obtenir son passeport au Consulat d’Algérie
Passeport algérien / Par hadjanebia / Adobe Stock

Les ressortissants algériens vivant en France en situation irrégulière, dont ceux qui ont rejoint le sol français illégalement, rencontrent moult difficultés dans l’obtention de documents algériens leur permettant de régulariser leurs situations.

Rien que pour obtenir un passeport auprès des représentations consulaires algériennes, un mur de diverses complications se dresse devant eux. Pourtant, la régularisation de leur situation dans le pays d’accueil leur exige, comme première procédure, la détention dudit document.

C’est le cas de ce jeune ressortissant algérien sans papiers qui a livré son témoignage à propos de son parcours pour l’obtention d’un passeport. « J’ai sillonné plusieurs consulats algériens ici en France dans l’espoir d’obtenir mon passeport, en vain », a-t-il d’emblée déclaré dans une vidéo partagée ce mercredi 13 septembre sur TikTok.

Un sans-papier algérien raconte son parcours pour l’obtention d’un passeport

Après avoir passé six mois à frapper à toutes les portes, sans parvenir à décrocher le fameux document, il a atterri à Bordeaux. Il a rencontré un autre Algérien dans la même situation, mais qui a réussi à obtenir son passeport.

« À Bordeaux, j’ai rencontré un autre Algérien, également harraga, et il m’a dit qu’il se rendait quotidiennement au consulat pendant un an. Et vu son insistance, ils lui ont fait un passeport et une carte d’identité », a raconté le jeune ressortissant algérien.

Pour l’aider dans ses démarches, cet autre Algérien lui a remis son passeport et sa carte d’identité pour justifier auprès du consulat qu’il ouvre droit, lui aussi, à ces documents, d’autant qu’ils sont tous les deux dans la même situation.

« Je me suis rendu au consulat de Bordeaux et j’ai commencé à crier pour faire valoir mon droit. Deux responsables m’ont invité à entrer dans leur bureau pour leur exposer mon problème ».

« Certains cercles profitent de la situation des harraga pour se remplir les poches »

Le ressortissant algérien leur a affirmé qu’il détient un contrat de travail à durée indéterminée (CDI), ce qui lui permet de prétendre à un passeport algérien. « Ils ont accepté de recevoir mon dossier et j’ai fait toutes les procédures nécessaires au sein du consulat », a-t-il ajouté.

Toutefois, les employés du consulat algérien à Bordeaux l’ont informé qu’il ne peut récupérer son passeport qu’après le retour de l’enquête le concernant, menée en Algérie. « Pendant les trois mois suivant la date de dépôt du dossier, à chaque fois que je veux me renseigner, on me dit que l’enquête n’est pas encore revenue ».

L’une de ses connaissances, « un ressortissant algérien qui connait quelqu’un au sein du consulat », l’a informé que « son enquête était revenue il y a 24 jours ». Auprès du consulat, on lui a expliqué que « quelqu’un a bloqué son passeport dans l’espoir d’obtenir un pot-de-vin ».

« À ce jour, je n’ai pas encore reçu mon passeport. Malheureusement, certains cercles profitent de la situation des harraga pour se remplir les poches. À moins d’avoir de bonnes connaissances au sein du consulat, il faut payer jusqu’à 2000 € pour l’obtenir, alors qu’il s’agit d’un droit », a déploré le jeune ressortissant algérien.

SUR LE MÊME SUJET :

Vacances en Tunisie : aucun touriste n’a été contaminé

Titre de séjour : il a déposé sa demande il y a 8 mois, la préfecture fait la sourde oreille

Aéroport d’Alger : décès d’un passager après un malaise

You cannot copy content of this page