1. Accueil
  2. Actualités
  3. Tourisme : l’Algérie, un beau pays difficile d’accès (National Geographic)
Actualités

Tourisme : l’Algérie, un beau pays difficile d’accès (National Geographic)

Nul ne peut nier le potentiel touristique algérien, bien qu’il ne soit ni estimé à sa juste valeur ni exploité comme il se doit.

Tourisme : l’Algérie, un beau pays difficile d’accès (National Geographic)
Illustration : Béjaia

En termes de tourisme, l’Algérie possède un potentiel gigantesque au point d’être qualifiée à plusieurs égards de géant dormant. Mais les merveilles de ce pays sont jusque-là cachées au monde. Peut-on espérer voir un jour l’Algérie comme une destination touristique attractive ?

Nul ne peut nier le potentiel touristique algérien, bien qu’il ne soit ni estimé à sa juste valeur ni exploité comme il se doit. Pourtant, tous les ingrédients sont là, il suffit de s’ouvrir davantage sur les touristes étrangers, de promouvoir la destination et de repenser l’infrastructure d’accueil.

« Le processus de demande de visa est byzantin »

Mais l’obstacle le plus important est bureaucratique, notamment en matière d’octroi de visas pour les étrangers. Cité ce lundi 10 octobre par National Geographic, Andrew Farrand chercheur principal pour l’Afrique du Nord au Conseil de l’Atlantique, en a fait le constat.

Selon lui, l’Algérie reste l’un des endroits les plus difficiles d’accès au monde et l’un des moins visités. Citant les chiffres officiels, il explique que « sur les deux millions d’arrivées de touristes chaque année, la plupart sont des membres de la diaspora algérienne qui rentrent chez eux pour rendre visite à leur famille. Seule une poignée sont des visiteurs étrangers ».

Pourtant, l’Algérie est l’une des destinations les plus enrichissantes, accessible via un vol court-courrier depuis l’Europe continentale. Dans le reportage consacré au potentiel touristique algérien, National Geographic considère l’Algérie comme un pays sût et relativement stable.

Cependant, elle reste toujours difficile d’accès et son pénitentiel n’est pas du tout exploité à sa juste valeur. « Le processus de demande de visa est byzantin. La promotion touristique est inexistante », résume le média.

L’Algérie est, à plusieurs égards, un géant caché

Selon la même source, le peu d’intérêt qu’accordent les gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays pour le tourisme est dû à la domination des hydrocarbures sur le plan économique. Pour Andrew Farrand, « l’industrie donne à l’État algérien l’argent dont il a besoin pour éviter le dur travail de développement de secteurs plus complexes comme le tourisme ».

Malgré cela, l’Algérie est à plusieurs égards un géant caché à la vue de tous. Ici, la chaine fait le tour de quelques-unes de ces merveilles devant être révélées au grand jour, allant de la bande de terres fertiles qui longe sa côte méditerranéenne se trouvent des villes historiques comme Constantine, Oran et la capitale Alger.

De plus, les anciens avant-postes romains comme Djemila et Timgad, qui sont deux des sites classés dans le patrimoine mondial de l’UNESCO, sont parmi les destinations archéologiques les mieux préservées d’Afrique du Nord.

Au sud, dans l’intérieur saharien, les mers dunaires des Grands Ergs viennent s’écraser contre les massifs gréseux du Hoggar et du Tassili n’Ajjer, décrit encore la même source.

Omar Zahafi, PDG du tour opérateur Fancyellow qui s’adresse presque exclusivement aux visiteurs étrangers, regrette l’absence des touristes étrangers, notamment en cet automne.

« Les Algériens sont impatients de partager leur pays avec le monde »

« Nous avons eu un grand intérêt cet automne, mais vous pouvez toujours passer des jours en Algérie sans voir un autre touriste », a-t-il expliqué. Lorsqu’il fait visiter les ruines romaines à des étrangers, ils lui demandent souvent pourquoi il n’y a pas d’autres personnes. Alors, il leur répond en ironisant qu’il a « réservé le site spécialement pour eux ! ».

La prochaine étape dans le reportage de National Geographic consacré à l’Algérie est Ghardaïa. Cette fabuleuse ville ancestrale des Mozabites, la quatrième plus grande tribu berbère d’Algérie, est décrite comme « un tableau roulant de cubes pastel pêle-mêle ».

Au cours de cette visite, le journaliste a rencontré des touristes d’Ohio, un État du Midwest des États-Unis. « Vous pouvez dire que beaucoup d’Algériens sont impatients de partager leur pays avec le monde », déclare alors l’une d’entre ces touristes, conseillère en investissement de sa profession.

Malgré que le tourisme n’est pas encore développé ici, « mais l’hospitalité est instinctive », estiment ses touristes venus de l’autre bout du monde pour découvrir les merveilles cachées de l’Algérie.